AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Voir les messages sans réponses
 

{ berlin - deutschland }

 
0 messages dans 0 sujets.

prenzlauerberg

Quartier du nord de la ville, Prenzlauerberg avait un côté très familial avant l'épidémie, probablement parce que c'est l'un des premiers à avoir été réhabilités une fois le Mur tombé. Investi par les artistes et de nombreuses familles aisées, il séduisait les touristes comme les Berlinois, avec son marché aux puces et ses cafés à thèmes, ses bars sympathiques et ses échoppes hautes en couleurs. Il y faisait bon y vivre mais lorsque la grippe rouge a investi ses larges rues, Prenzlauerberg, comme le reste de Berlin, s'est très vite transformé en cimetière. Ironie du sort, s'il est l'un des premiers quartiers reconstruits et réaménagés après 1989, il est aujourd'hui l'un des derniers à être nettoyés. Les survivants, volontaires courageux ou immunisés, ne sont pas encore arrivés jusque-là et les immeubles coquets autrefois refuges de bobos où se mêlaient petits drames, grands bonheurs et créativités sont à présent vides de toute existence humaine, dans le meilleur des cas. Les demeures de Berlinois qui n'ont pas eu le temps de fuir sont marquées à la peinture rouge d'un grand X, suivi du nombre de cadavres à déplacer. Prenzlauerberg est triste, aujourd'hui, et les rares survivants qui y vivent encore rasent les murs avec amertume.
0 messages dans 0 sujets.

mitte

Le centre historique de Berlin, passage obligatoire lorsqu'on visitait la capitale avant cette catastrophe qu'est la Grippe Rouge, n'est plus que l'ombre de lui-même. Plus personne ne traverse ses larges rues pavées, les musées ont été abandonnées à la cruauté des pillards et des vandales, les bars ne résonnent plus du dernier morceau à la mode, la porte de Brandebourg surveille, austère, la ville déserte. Toutefois, Mitte reste le quartier le plus vivant de Berlin, aussi effroyable que cela puisse être. C'est là, dans l'Hôpital de la Charité, que le plus grande groupe de survivants des environs a trouvé refuge. C'est d'ici aussi qu'a commencé l'opération de nettoyage de la ville. Mitte a presque retrouvé son charme d'antan, si on oublie l'absence insoutenable de sa population. Petit à petit, les grands X rouges peints sur les murs des maisons et immeubles, annonciateurs de la maladie, ainsi que le morbide compte des victimes résidant encore là sont effacés des façades, et il n'est pas rare de croiser des survivants dans les rues, pour un bol d'air frais ou pour une mission de ravitaillement. Mitte est devenu la ville dans la ville.
die charité
0 messages dans 0 sujets.

charlottenburg

Il y a bien longtemps que Charlottenburg a ce petit côté lugubre qui, au fil du temps, avait fait son succès auprès des touristes. Quartier chargé d'histoire, il a vu son église laissée à l'abandon après la seconde guerre mondiale, au grand dam des berlinois nés ici. Quelques actions ont été entreprises avec les années et des organisations gouvernementales s'en sont finalement occupées, sans pour autant la reconstruire. Le château, lui, en revanche, a été l'objet de nombreux travaux de rénovation et d'entretien avant d'être transformé en musée de la Préhistoire. Puis l'épidémie est arrivée et les employés de la ville ont cessé d'entretenir les allées et les jardins, les rues résidentielles se sont vidées, la mort a fait son oeuvre. Il se murmure qu'un groupuscule armé a établi ses quartiers au château mais rares sont ceux qui se sont risqués dans Charlottenburg pour vérifier.
0 messages dans 0 sujets.

schoneberg

Autrefois, Schoneberg était un quartier bourgeois, très bon chic bon genre, où on se saluait poliment sans se connaître. Puis les bourgeois ont disparu, petit à petit, et le quartier a été investi par la communauté LGBT de Berlin. Ses bars sont devenus les plus prisés de la ville, les loyers ont décollé, le tout pour le plus grand plaisir des commerçants et autres agents immobiliers. Aujourd'hui, c'est l'une des plus grosses bulles de résistance à la grippe de la capitale. Retranché dans les appartements les plus spacieux, les groupes se sont organisés au fil du temps, dans la méfiance et la prudence. A ce jour, ils ont refusé toute communication avec l'extérieur, décidés à ne plus faire confiance à qui que ce soit et surtout pas à des hommes en uniformes.
Sujets actifs du jour
Top 20 des posteurs du jour
Top 20 des posteurs du forum
Supprimer les cookies du forum

Nouveaux messagesNouveaux messagesPas de nouveaux messagesPas de nouveaux messages  Forum VerrouilléForum Verrouillé